" Elargir notre regard, c'est élargir notre coeur ! "
 
       
   
     
 
Résumé des aspects du projet
 
     
 

Après deux heures de retard, nous rencontrons finalement le Père Caroff .Nous embarquons alors à bord de son 4*4. Encore une heure et demie de piste pour rejoindre la ville la plus proche de sa ferme, Antipas. Les sept derniers kilomètres sont les plus rudes .Il faut une certaine habitude du terrain et de la conduite en situations extrêmes pour prétendre arriver au bout ! Les pluies des derniers jours n'ont rien arrangé. Dernier obstacle : le pont qui a été arraché la semaine dernière par la rivière en crue qui transportait de plus une masse d'arbres morts...

Le Père Caroff a consacré plus de 50 ans de sa vie aux plus défavorisés, dont la moitié aux Philippines, à Mindanao. Son kidnapping n'a pas permis de venir à bout de sa détermination ! En 1993, il monte le projet d'une ferme pilote. Le but de ce projet est simple mais pas évident à mettre en pratique: transformer 9 hectares de terre à priori impropres à la culture en ferme productive!

Le projet a démarré en 1993 par une enquête ...
Afin d'évaluer les besoins et les obstacles, une vaste étude a été menée. Dans un rayon de un kilomètre, 105 familles ont ainsi pu être visitées et questionnées. Cette enquête a révélé
un problème de pauvreté, entretenu par un faible niveau d'éducation, l'exploitation des agriculteurs par de puissants hommes d'affaire de la région, un réseau de transport quasi inéxistant empêchant l'acheminement des produits pour la vente, l'érosion des sols causée par les intemperries et la déforestation qui lessive les sols de leurs richesses naturelles.

A ces problèmes s'ajoutent une aide inadaptée de l'état (pas de service sanitaire ou de budget pour l'amélioration des axes de transport...), l'insécurité (banditisme), l'instabilité du statut d'exploitant qui peut être délogé à tout moment par le propriétaire, la fluctuation des prix, une météo excessive et imprévisible. Sur le plan de la santé, les habitants n'ont pas accès aux services médicaux qui sont trop éloignés. Lors de la saison des pluies, l'eau est polluée et l'eau potable se raréfie! Enfin, il y a tous les problèmes internes aux communautés tels les jalousies, la compétition, les jeux d'argent, (etc) qui empêchent de créer une solidarité dans l'adversité.

Les réponses apportées par le Père Caroff et son projet !
Plutôt que de proposer des séminaires agricoles trop théoriques ou de continuer à crier dans le désert pour recevoir de l'aide, le Père Caroff a fait le choix de créer une ferme pilote à valeur d'exemple, un projet qui puisse être librement copié et reproduit par des agriculteurs désireux de s'en sortir et de forcer la nature!



Les sols avant et après le début du projet ...

Plusieurs axes de développement pour la ferme de Galilée:

  1. Mise en place d'un système de béliers hydrauliques (pompes) pour faire monter l'eau des sources à plusieurs dizaines de mètres pour les besoins de la ferme y compris l'irrigation des sols.
  2. Creusage de puits artésiens (jusqu'à 30 ou 40 mètres) pour obtenir une eau pure.
  3. Utilisation d'engrais naturels pour les sols (compostes en tout genre) à la place d'engrais chimiques pour revaloriser les terres et les rendre productives.
  4. Exploiter les terres en pente souvent négligées par les fermeirs en plantant des haies qui longent les courbes de niveau des collines (car le terrain est très valloné) pour contrôler l'érosion et permettre des cultures variées dans les espaces entre les haies.
  5. Utiliser certaines plantes, en privilégiant celles capables de fixer l'azote de l'air dans leurs racines (les plantes légumineurses et fourragères qui fertilisent le sol et fournissent par ailleurs un excellent fourrage pour les bêtes.)
  6. Opter pour une diversification et une rotation des cultures permettant une meilleure production et une meilleure utilisation des ressources de la terre. Ils optiennent ainsi une impréssionnante variété de produits.
  7. Petit élevage (chèvres, cochon, vaches, lapins, abeilles...) qui se reproduit et dont la vente assure quelques revenus pour la ferme.
  8. Lancement de la reforestation de la région (y compris arbres fruitiers). En raison de l'exploitation par des compagnies forestières mais aussi à cause des paysans eux mêmes, la forêt, qui couvrait, il y a 50 ans, 90% du terrain, n'en n'occupe plus que 10% et a pour conséquence d'importants problèmes d'érosion.
  9. Centre de santé avec un dispensaire et une infirmière qui offre les soins médicaux de base.
  10. Commercialisation des produits et pour cela en transformer certains (enseigner les méthodes de conservation et d'emballage)
  11. Formation et aide aux fermiers intéressés par ces nouvelles méthodes. C'est une façon de combattre l'éxode rural.


Autre vue de la ferme àgauche, le QG à droite ...

La ferme emploie à ce jour 25 salariés encadrés par un groupe de 7 personnes qui ont reçu pour cela une formation de base. Leur point commun: ils viennent tous de familles défavorisées.

Si l'autosuffisance est un but, un autre objectif demeure la démonstration des méthodes. Nombreux sont les visiteurs: des agriculteurs avoisinants aux étudiants de collèges (agricoles et autres) de la région.

Le père Caroff espère ainsi redonner toute sa noblesse au travail de la terre et participer à minimiser l'exode rural. Plutôt que de diminuer le nombre de "bouches à nourrir", le Père Caroff pose simplement la question: "pourquoi ne pas s'éfforcer de tirer un maximum de richesses de la terre en la rendant toujours plus productive?"


L'abris pour les chèvres

Pourquoi ce nom de "Ferme de Galilée" ?

C'est pour rappeller que le projet n'est pas purement économique mais qu'il contient également une forte orientation morale et religieuse (dans une dimension oeucuménique). Comme le fit Jésus, au commencement de sa mission en Galilée, un des aspects importants du projet est de redonner lumière et espérance à ceux que les autorités et les citadins considèrent trop souvent comme des citoyens de 2è ou de 3è catégorie !

Un acronyme magique résume bien les aspects du projet : DEXTROSE (en français: PERFUSION ) !

  1. Démonstration : introduire de nouvelles méthodes inconnues dans la région
  2. Expérimentation : nouvelles variétés de plantes et d'arbres, culture sans produit chimique, (Recherche, essais, ...), nouvelles semences ...
  3. Training : Formation des paysans intéressés par ces nouvelles méthodes et explication du projet aux nombreux visiteurs.
  4. Oxygenation : purification de l'air par le reboisement.
  5. Services : soins médicaux, aide aux malades, distribution d'eau potable pour les voisins, réparation des outils.
  6. Extension (expansion): Aide aux intéressés pour appliquer nos méthodes et développer de nouvelles fermes !



Dernière donation, des bancs d'école...
Il faut désormais construite la structure et recruter professeurs et élèves mais le père y songe déjà
!

Je le disais en introduction, la région était occupée, dans les années 80, par des bandes rebelles qui avaient su gagner la confiance des paysans en leur promettant un éldorado qu'ils attendent toujours! Le Père Caroff offre la preuve que les cultures sont possibles dans cette région, sans la terreur de la violence et des armes, mais en préférant le respect d'autrui, la persévérance dans l'effort, l'union, la coopération et le partage. Le chemin parcouru est grand mais il reste encore beaucoup à faire !


Après cette pationnante visite, nous (de g.à dr. le Père Doriol, Emmanuel, Frédérik et le Père Caroff) nous sommes retrouvés autour d'un bon repas (produits maison uniquement et notamment un excellent potage) arrosé d'un petit bordeaux !

Pour repartir, nous avons opté pour un chemin à travers les montagnes afin de récupérer la Buda Road, où nous pourrions attraper un bus allant à Cagayan de Oro. Il nous a fallu 6 heures de moto pour les 50km. un vrai marathon mais nous avons pu voir des paysages incroyables qui rendent malheureusement très mal sur la photo ... et traverser des villages de tribus coupées du monde.


Vous comprenez pourquoi nous avons mis tant de temps ...

 

 

 

 
 

Retour au Sommaire